Association Médicale pour la Prévention de la Guerre Nucléaire

Si de toute l’histoire de l’humanité, la découverte de l’arme nucléaire est l’invention la plus perverse, son utilisation en est bien l’acte le plus abominable.

Quand la bombe d’Hiroshima provoqua en 1945 la mort immédiate de 80.000 personnes et la mort différée, dans les cinq mois qui suivirent, d’un nombre égal de victimes, le monde fut stupéfait de la puissance gigantesque concentrée dans une seule bombe. Aujourd’hui, celle ci est considérée comme une petite bombe artisanale.

La modernisation, la miniaturisation et la prolifération des armes nucléaires actuelles rendent de plus en plus difficile leur contrôle et leur surveillance.

Conscients de l’extrême gravité de la menace que représente l’armement nucléaire, quelques médecins américains et soviétiques fondèrent en 1980 l’Association Internationale des Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire (International Physicians for the Prevention of Nuclear War – IPPNW).

L’adhésion des médecins à ce groupement apolitique fut rapide dans le monde. Il compte aujourd’hui plus de 200.000 membres dans 85 pays .

L’IPPNW a reçu plusieurs hautes distinctions dont le Prix Nobel de la Paix en 1985.

 

 

L’A.M.P.G.N., branche belge francophone, a été fondée en 1981 par le professeur Maurice ERRERA (ULB) et Ghislaine VANKEERBERGHEN avec le soutien de ses collègues Zénon BACQ (ULG), Jean BRACHET (ULB) et Charles MERTENS de WILMART (UCL), membres de l’Académie Royale de Médecine. Elle regroupe des médecins et des membres de professions associées de toutes les universités.

Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW)

International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW)
339 Pleasant Street
Malden, MA 02148
États-Unis

International Physicians for the Prevention of Nuclear War est une fédération non partisane d’organisations médicales nationales dans 64 pays, représentant des dizaines de milliers de médecins, d’étudiants en médecine, d’autres agents de santé et de citoyens concernés qui partagent l’objectif commun de créer un monde plus pacifique et plus un monde sûr libéré de la menace d’annihilation nucléaire et de violence armée. L’IPPNW a été fondée en 1980 par des médecins des États-Unis et de l’ex-Union soviétique qui partageaient un engagement commun pour la prévention de la guerre nucléaire entre leurs deux pays. Citant le premier principe de la profession médicale – que les médecins ont l’obligation de prévenir ce qu’ils ne peuvent pas traiter – une fédération mondiale d’experts médecins s’est réunie pour expliquer les faits médicaux et scientifiques sur la guerre nucléaire aux décideurs et au public, et pour plaider pour l’élimination des armes nucléaires. Pour son travail, l’IPPNW a reçu le prix Nobel de la paix en 1985. L’IPPNW est resté un chef de file du mouvement mondial pour un monde sans armes nucléaires, lançant la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) en 2007, lauréat du prix Nobel de la paix 2017 «Pour ses efforts visant à attirer l’attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques de tout emploi d’armes nucléaires et pour ses efforts novateurs pour parvenir à une interdiction de ces armes fondée sur des traités.»

L’IPPNW s’engage à s’attaquer aux causes de la violence armée dans une perspective de santé publique. Nous reconnaissons que les conséquences catastrophiques d’une guerre nucléaire sur la santé et l’environnement se situent à l’extrême d’un continuum de violence armée qui porte atteinte à la santé et à la sécurité. La campagne mondiale des années 1990 pour interdire les mines terrestres a marqué la première entrée majeure de l’IPPNW dans l’arène non nucléaire. Nous avons lancé un objectif de prévention en 2001, pour lutter contre la violence armée. Viser la prévention a été mené par les affiliés de l’IPPNW du Sud mondial – principalement en Afrique subsaharienne, en Amérique latine et en Asie du Sud – qui vivent et travaillent dans des régions où la violence armée est une menace constante et consomme une part importante des budgets des soins de santé.

La campagne Viser la prévention de l’IPPNW répond à l’appel à l’action de l’OMS selon lequel la communauté médicale doit apporter une perspective de santé publique à la question de la violence afin d’identifier les facteurs de risque, de concevoir des interventions efficaces et d’utiliser les données que nous recueillons pour influencer les politiques de prévention de la violence. . Les programmes et activités de l’IPPNW se situent principalement dans les domaines de la recherche, de l’éducation et de l’élaboration et de la conception de politiques. Le bureau central d’IPPNW est situé à Malden, Massachusetts.

 

 

 

L’A.M.P.G.N., branche belge francophone, a été fondée en 1981 par le professeur Maurice ERRERA (ULB) et Ghislaine VANKEERBERGHEN avec le soutien de ses collègues Zénon BACQ (ULG), Jean BRACHET (ULB) et Charles MERTENS de WILMART (UCL), membres de l’Académie Royale de Médecine. Elle regroupe des médecins et des membres de professions associées de toutes les universités.

Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW)

International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW)
339 Pleasant Street
Malden, MA 02148
États-Unis

International Physicians for the Prevention of Nuclear War est une fédération non partisane d’organisations médicales nationales dans 64 pays, représentant des dizaines de milliers de médecins, d’étudiants en médecine, d’autres agents de santé et de citoyens concernés qui partagent l’objectif commun de créer un monde plus pacifique et plus un monde sûr libéré de la menace d’annihilation nucléaire et de violence armée. L’IPPNW a été fondée en 1980 par des médecins des États-Unis et de l’ex-Union soviétique qui partageaient un engagement commun pour la prévention de la guerre nucléaire entre leurs deux pays. Citant le premier principe de la profession médicale – que les médecins ont l’obligation de prévenir ce qu’ils ne peuvent pas traiter – une fédération mondiale d’experts médecins s’est réunie pour expliquer les faits médicaux et scientifiques sur la guerre nucléaire aux décideurs et au public, et pour plaider pour l’élimination des armes nucléaires. Pour son travail, l’IPPNW a reçu le prix Nobel de la paix en 1985. L’IPPNW est resté un chef de file du mouvement mondial pour un monde sans armes nucléaires, lançant la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (ICAN) en 2007, lauréat du prix Nobel de la paix 2017 «Pour ses efforts visant à attirer l’attention sur les conséquences humanitaires catastrophiques de tout emploi d’armes nucléaires et pour ses efforts novateurs pour parvenir à une interdiction de ces armes fondée sur des traités.»

L’IPPNW s’engage à s’attaquer aux causes de la violence armée dans une perspective de santé publique. Nous reconnaissons que les conséquences catastrophiques d’une guerre nucléaire sur la santé et l’environnement se situent à l’extrême d’un continuum de violence armée qui porte atteinte à la santé et à la sécurité. La campagne mondiale des années 1990 pour interdire les mines terrestres a marqué la première entrée majeure de l’IPPNW dans l’arène non nucléaire. Nous avons lancé un objectif de prévention en 2001, pour lutter contre la violence armée. Viser la prévention a été mené par les affiliés de l’IPPNW du Sud mondial – principalement en Afrique subsaharienne, en Amérique latine et en Asie du Sud – qui vivent et travaillent dans des régions où la violence armée est une menace constante et consomme une part importante des budgets des soins de santé.

La campagne Viser la prévention de l’IPPNW répond à l’appel à l’action de l’OMS selon lequel la communauté médicale doit apporter une perspective de santé publique à la question de la violence afin d’identifier les facteurs de risque, de concevoir des interventions efficaces et d’utiliser les données que nous recueillons pour influencer les politiques de prévention de la violence. . Les programmes et activités de l’IPPNW se situent principalement dans les domaines de la recherche, de l’éducation et de l’élaboration et de la conception de politiques. Le bureau central d’IPPNW est situé à Malden, Massachusetts.

 

 

 

L’A.M.P.G.N. se propose de sensibiliser les médecins et les scientifiques, les médias, l’opinion publique ainsi que les responsables politiques et religieux aux conséquences médicales et humanitaires de l’utilisation  d’armes nucléaires et à l’effet néfaste de la course aux armements sur l’économie, l’environnement et le développement du Tiers -Monde.

Pour en savoir plus

Comment nous soutenir ?

Faites un don !

En raison de problèmes budgétaires et de la diminution des membres de notre bureau, nous somme dans l’obligation de suspendre la publication de notre revue. Mais notre motivation reste intacte et nous avons relifté notre site pour le rendre plus attrayant.

Nous restons néanmoins  toujours  dépendants de votre soutien financier dans le but de poursuivre notre mission d’information. 
Soyez ou restez membre de notre organisation pacifique avec une cotisation annuelle de 25 euros par an. Si cette cotisation vous parait  élevée un don à votre discrétion sera toujours le bienvenu

 Ph.de Salle 
Président AMPGN

IBAN BE71  0001 1947 2169

Code BIC BPOTBEBI

 

Devenez membre !

Etre membre de notre association, c’est  partager et échanger nos idées , à participer et à discuter  de nos objectifs , de notre programme  et de nos actions pour éliminer l’arme nucléaire dans le monde en commençant par celles stockées en  Belgique  C’est  signer nos pétitions, nous accompagner au parlement , aux conférences pacifiques nationales et internationale,  être présent dans nos différentes manifestions  ( à pieds ou à vélo) recevoir notre revue qui reparaitra des que nous en aurons la possibilité. 

Abonnez-vous
à notre lettre d'info

Contact

    Adresse

    Association Médicale pour la Prévention de la Guerre Nucléaire (AMPGN)

    Avenue Wolvendael, 51
    B 1180 Bruxelles

    Téléphone : +32 2 375 36 46

    CCP : 000-1194721-69
    IBAN : BE71 0001 1947 2169
    BIC : BPOTBEB11

    Affiliée à l’International Physicians for the Prevention on Nuclear War (IPPNW)